La Tour Eiffel au milieu de l'Atlantique

Mercredi 9 août - Pilotage du Victor 6000 lors de sa première plongée sur le site Lucky Strike. (copyright Ifremer / Campagne Momareto 2006 / Daniel Desbruyères)

 

Pilotage du Victor 6000 lors de sa première plongée

 

4h du matin : Les dernières vérifications du Victor 6000 s'achèvent. Le but de cette plongée est de cartographier avec une grande précision le champ hydrothermal Lucky Strike, sur une surface d'environ 1 km2.

Des photos de haute définition seront associées aux 38 profils bathymétriques prévus, ce qui nous permettra de déterminer, en plus du relief, la nature du fond et de la faune.
Le module de mesures en route du robot télé-opéré nous promet des prouesses, avec une résolution de 25 cm. Pas si mal, à 1700 m de profondeur !

9h : Grande satisfaction, nous tombons en plein sur notre cible de plongée, l'édifice hydrothermal Tour Eiffel. Nous voilà partis pour 48 heures de plongée !

Nous profitons d'un bref moment de calme pour contacter nos collègues de L'Atalante, le navire cousin du Pourquoi pas ?, qui navigue à moins de 2 milles marins de nous. La campagne Graviluck accueille à son bord des géophysiciens et des physiciens qui ont pour objectif l'étude de la déformation de la croûte océanique sur la zone Momar.

 

Portfolio

Ici le Pourquoi pas ?, appel à L'Atalante ! Pierre-Marie Sarradin, chef de mission du premier leg
La campagne Graviluck se déroule actuellement à bord de L'Atalante Lancer d'un profileur hydrologique par Marc, le second électronicien du bord.
Cet outil permet de tracer le profil de température de la colonne d'eau et de calculer la vitesse de propagation du son dans l'eau