Remonter Suivante

    

     REseau MOllusques des Rendements Aquacoles

 

     
Indice Polydora  

Objectif et protocole 

Objectif de REMORA
Organisation du réseau
Standardisation de l'élevage : stations, animaux et structures d'élevage

Standardisation du suivi analytique
Validation et archivage des données

Photo Ifremer/LCB

Objectif de REMORA 

Le réseau REMORA (REseau MOllusques des Rendements Aquacoles) de l'IFREMER évalue chaque année, depuis 1993, et de façon standard, les performances d'élevage de 2 lots d'huîtres creuses Crassostrea gigas (juvéniles et 18-mois) répartis dans 45 stations des principales régions ostréicoles françaises.

Le réseau est géré par 6 laboratoires régionaux d'IFREMER et coordonné par le Laboratoire Conchylicole de Bretagne.

L'intérêt du suivi national, annuel et standard, réside dans la possibilité de comparer les sites entre eux et les années entre elles en s'affranchissant au maximum des variations de pratiques culturales locales (variations de dates de mise en élevage, origines différentes de naissain, etc...).

Le réseau REMORA permet donc d'évaluer les tendances géographiques et d'acquérir des séries de la survie, de la croissance et de la qualité des huîtres creuses. Il a ainsi un rôle d'acquisition des données de référence, de support à la recherche et d'aide à la gestion des différents bassins conchylicoles.

Il ne doit pas être perçu comme un estimateur précis des croissances obtenues chez les producteurs.

Organisation du réseau 

Le réseau REMORA suit chaque année la mortalité, la croissance et la qualité d'un lot unique d'huîtres de 18-mois et d'un lot unique de juvéniles répartis sur 45 stations dans les principaux secteurs d'élevage français (39 stations jusqu'en 2002 ; 5 nouvelles à partir de 2003). Ce suivi est assuré par 5 laboratoires régionaux d'IFREMER ainsi que par la station de Bouin.

· Laboratoire Environnement Ressources de Normandie (LERN)
· Laboratoire Environnement Ressources Morbihan-Pays de Loire (LERMPL) qui assure aussi la coordination nationale 
· La station de Bouin (Bouin)
· Laboratoire Environnement Ressources de Poitou-Charentes (LERPC
· Laboratoire Environnement Littoral d'Aquitaine (LER-Arcachon
· Laboratoire Environnement Ressources Languedoc-Roussillon (LERLR)

Un rapport annuel est publié chaque année et un bilan pluriannuel des 10 ans du réseau (1993-2002) est en cours.

Des stations "régionales" sont parfois ajoutées au réseau national. Elles ne sont pas prises en compte dans le rapport national afin que d'année en année les moyennes régionales et nationales restent calculées sur les mêmes bases. Les résultats de ces stations régionales sont publiés dans les rapports régionaux

Standardisation de l'élevage : stations, animaux et structures d'élevage 

A l'exception de 6 stations en terrain non découvrant (étang de Thau et baie de Quiberon), les stations sont situées à des niveaux d'immersion comparables (niveau des basses mers de coefficient 75 - 85).

Le lot d'huîtres de 18-mois est calibré entre 25 et 35 g fin février, avant sa répartition entre les stations (1 poche /point). Pour les juvéniles, un lot de "grattis" d'Arcachon est utilisé chaque année (1 demi-poche /point).

Photo Ifremer/LCB

Pour les "adultes", la structure d'élevage est la poche plate de maille 14 mm, sauf dans l'étang de Thau où la corde, support traditionnel adapté aux conditions locales, a été préférée. L'effectif initial est de 230 individus par poche, avec des prélèvements de 30 animaux en juin, septembre, décembre et au relevage final (mars de l'année suivante).

Pour les "juvéniles", la structure est la "demi-poche" (poche ostréicole traditionnelle réduite de moitié en largeur) de maille 6 mm jusqu'à l'été, puis de maille 9 mm. L'effectif initial est de 400 individus, mais il est ramené à 200 en juin. Les prélèvements sont de 30 animaux en juin, septembre, décembre et au relevage final. Il n'y a pas de suivi des juvéniles dans le bassin de Thau où les salissures empêchent l'emploi de poches de petit maillage.

Standardisation du suivi analytique 

Le lots sont suivis pendant un an, avec un pas d'échantillonnage de 3 mois : les poches sont mises à l'eau en mars (P0); des échantillonnages intermédiaires sont réalisés en juin (P1), septembre (P2) et décembre(P3) ; le relevage final (RF) a lieu en mars de l'année suivante. Toutes ces opérations sont réalisées aux mêmes dates sur toutes les stations.

Opération

date moyenne

période

durée moyenne (jours)

P0

9-mars

 

 

printemps

95

P1

12-juin

 

 

été

91

P2

12-sept

 

 

automne

78

P3

1-déc

 

 

hiver

104

RF

19-mars

 

 

Les comptages terrain et mesures biométriques sont également standardisées

Les méthodes d'analyses sont données dans les rapports annuels.

La méthode d'évaluation de l'infestation par le ver perforant Polydora, quant à elle, repose sur l'analyse qualitative en 5 classes définie à IFREMER Nantes par Martial Catherine- voir "Calcul de l'indice Polydora"

Validation et Archivage des données 

Des expérimentations ou des intercalibrations sont menées régulièrement pour améliorer la validation du protocole.

Les résultats acquis sont vérifiés par les correspondants régionaux puis validés par le coordinateur national avant leur archivage.

Depuis 2002, les résultats REMORA sont archivés dans une base de données, ce qui facilite les synthèses (voir bilan pluriannuel) et les extractions diverses (demander au coordinateur pgfleury@ifremer.fr).

.

Accueil REMORA

Mis à jour le 05/03/08
Ifremer © 2001