METOCEAN

Tsunami en Atlantique ?
A propos du volcan de La Palma aux Canaries

Michel Olagnon
Océano-Météo

Suite aux raz de marée dévastateurs du 26-12-2004, la question du danger de rencontrer des tsunamis en Atlantique a resurgi. En particulier, des interrogations sont soulevées à propos de l'effondrement possible du volcan Cumbre Vieja à La Palma aux Canaries. Les quelques lignes qui suivent présentent mon analyse personnelle de cette affaire.

 
 

Contexte

 

En Septembre 2000, des chercheurs de l'University College de Londres ont contacté le Ministre britannique des Sciences Lord Sainsbury pour l'avertir que l'effondrement d'un volcan dans les Canaries pourrait envoyer un mur d'eau de plusieurs centaines de mètres de hauteur balayer l'océan Atlantique. Les Caraíbes et la côte est des USA subiraient la plus grande partie des dommages, mais de larges parts de la côte ouest de la Grande Bretagne seraient touchées. Cet avertissement venait à l'occasion de la réception par Lord Sainsbury d'un rapport sur la menace des NEOs (Near Earth Objects), incitant le Royaume Uni à prendre le leadership d'un système d'alerte sur les risques planétaires.

Le Dr. Simon Day, du Benfield Greig Hazard Research Centre de l'UCL, affirmait que le flanc ouest du volcan Cumbre Vieja à La Palma est instable, et qu'un glissement pouvait se produire. Un modèle suisse aurait indiqué que le glissement de terrain créerait un méga-tsunami dont l'amplitude initiale serait de 650 mètres, dont la vitesse serait de 720 kmh, et qui pourrait, malgré l'atténuation, créer des dégâts jusqu'à 20 km à l'intérieur des terres aux USA.

 

Reprenons ces points en détail :

Un flanc instable

Le flanc ouest du volcan Cumbre Vieja à La Palma est sans aucun doute instable, mais une demi-douzaine d'éruptions sommitales peuvent encore se produire avant qu'il ne s'effondre (Pr. Bill McGuire). De plus, il est extrêmement improbable qu'alors tout s'effondre d'un bloc comme les chercheurs l'ont postulé.

 

Un méga-tsunami

Un modèle suisse aurait indiqué que le glissement de terrain créerait un méga-tsunami. Il y a des limites à ce qu'on sait correctement modéliser. De même, quand on fait des essais en bassin sur modèle réduit, on doit respecter des règles de similitude. Malheureusement, on ne peut respecter la similitude que pour certains des phénomènes impliqués, en supposant que les effets des autres restent négligeables. Au delà de facteurs d'échelle de 50, c'est rarement le cas.

De plus, j'ai par hasard assisté quelqu'un sur un code de calcul d'effet de glissements sous-marins, celui-là ou son clone. C'est le genre de programme qui ne marche plus dès qu'on change de version du compilateur, de système d'exploitation, ou d'utilisateur. Un informaticien doit savoir quel crédit on peut apporter à ses résultats.

 

650 mètres d'amplitude initiale

Quand on sait que le plus haut jamais atteint par une vague est 524 mètres, on peut y croire. Mais pas si on connait les conditions. Les 524 mètres de la baie de Lituya en Alaska se sont produits dans une cuvette quasi-fermée, où l'effondrement d'un côté a produit un jet de rive (run-up) de l'autre. En mer ouverte, on ne peut physiquement pas créer l'accélération verticale nécessaire. D'ailleurs, les tsunamis sont pratiquement indétectables au large de par leur seule hauteur (un ou deux décimètres max) -- l'équipage d'un navire le ressent comme les vibrations d'une explosion sous-marine ou d'un échouage --.

 

Un déplacement à 720 km/h

Exact. Un tsunami se propage comme une onde solitaire de longueur d'onde infinie, c'est à dire que la vague semble se déplacer d'un bloc, et à une vitesse donnée par la formule racine(gd) en fonction de la gravité et de la profondeur, ce qui donne 200 m/s, soit 720 km/h pour une plaine abyssale de 4000 m. Bien qu'on l'appelle onde solitaire, le phénomène est généralement constitué d'une succession de vagues. A Hilo, sur la Grande-Ile de Hawaii, plus de la moitié des victimes du tsunami du premier Avril 1946 furent des personnes qui se précipitèrent pour porter secours après la première vague, et furent noyées par les suivantes.

 

 

En conclusion

Quel risque en Atlantique ?

On notera que sur les 157 tsunamis des 20 dernières années du vingtième siècle, 138 se sont produits dans le Pacifique, 2 dans l'océan Indien, 9 en Méditerranée, 5 dans les Caraïbes, 1 dans le golfe d'Aqaba, 1 en mer de Chine du Sud, 1 en mer de Marmara. L'Atlantique n'est pas des plus frappés.

Chacun le sait, le risque zéro n'existe pas. Un scientifique honnête ne peut donc écarter le risque d'un tsunami, voire d'un méga-tsunami en Atlantique. Par contre, la même honnêteté doit le conduire à faire attribuer en priorité les financements aux risques les plus probables et aux populations qui en ont un besoin immédiat parce qu'elles ont été frappées par une catastrophe, au détriment des éventualités incertaines pouvant se produire au pire une fois dans les quelques dizaines de millénaires à venir.

 

 

Liens vers d'autres sites

Pour en savoir plus

 

Mise à jour 03/01/2005
Webmaster
Copyright Ifremer
[ IFREMER | Vagues scélérates ]