Espace Presse

Banc de thons rouges (Thunnus thynnus) en Méditerranée
COP15 : Comment soutenir une utilisation durable des espèces marines sauvages ?
L’IPBES, la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques, a publié en juillet 2022 son rapport sur l’utilisation durable des espèces sauvages. Celui-ci souligne que la survie et le bien-être de milliards de personnes dépendent de 50.000 espèces sauvages. Les experts mettent en lumière les facteurs clés qui conditionnent un usage plus durable des espèces sauvages et pour réduire l’impact des activités humaines, dont la pêche, sur la biodiversité.
Hervé Berville et François Houllier ont signé la nouvelle convention cadre relative au soutien financier apporté par l’Etat à l’Ifremer en matière de collecte de données et d’expertise halieutique
L’Ifremer a accueilli pour la première fois sur son siège brestois Hervé Berville, Secrétaire d’Etat chargé de la mer, à l’occasion de son déplacement dans le Finistère. Après un temps de visite du centre et d’échange sur les enjeux actuels et futurs de l’institut, François Houllier, Président-directeur général de l’Ifremer, et Hervé Berville ont signé la nouvelle convention cadre relative au soutien financier apporté par l’État à l’Ifremer en matière de collecte de données et d’expertise halieutique.
Tanya Saadé Zeenny, Directrice générale déléguée du Groupe CMA CGM, et François Houllier, Président-Directeur général de l’Ifremer, ont signé un accord-cadre de soutien à la recherche en sciences marines
Le Groupe CMA CGM et l'Ifremer ont signé un accord-cadre sur 3 ans pour préserver les écosystèmes de Méditerranée et des Antilles. Ce partenariat, qui vise à accélérer la recherche en sciences marines, s’inscrit dans la continuité des actions du groupe CMA CGM en faveur la protection de l’environnement.
Le 21 octobre prochain, les présidents-directeurs généraux d’INRAE et de l’Ifremer, Philippe Mauguin et François Houllier, et la directrice générale de l’Institut Agro, Anne-Lucie Wack, lanceront officiellement à Rennes un laboratoire commun dédié à l’étude de la biodiversité aquatique, de la source à l’océan. Avec 150 chercheurs, ingénieurs et techniciens situés à Brest, Lorient, Nantes et Rennes, cette unité mixte de recherche (UMR), baptisée DECOD, ambitionne de mener des recherches pour mieux anticiper les pressions causées par les activités humaines sur la biodiversité aquatique continentale et marine.
Bars communs photographiés en rade de Brest
Dans le cadre du projet européen Fish Intel réunissant des équipes françaises, anglaises et belges, l’Ifremer réalise depuis le mois de mai des missions de marquage de bars, de lieus jaunes et de langoustes sur les côtes bretonnes et normandes avec l’appui des pêcheurs locaux. Scientifiques et pêcheurs ont également déployé, avec l’aide de France Energies Marines, un réseau de 60 récepteurs acoustiques pour suivre les déplacements de ces 3 espèces d’importance et identifier leurs habitats préférés. Ces nouvelles informations seront utiles pour mieux gérer les activités humaines en mer telles que la pêche ou le développement de parcs éoliens.
Vue aérienne de la plateforme située en bord de mer
Depuis un demi-siècle, l’Ifremer est ancré dans l’océan Pacifique, grâce à ses deux implantations en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie, ainsi qu’à la capacité de projection de la Flotte océanographique opérée par l’institut. Par ses recherches et l’appui scientifique à l’activité socio-économique locale, l’Ifremer s’est imposé comme un partenaire référent dans le domaine des sciences et techniques marines, tant pour les collectivités régionales que pour les partenaires internationaux du plus grand océan du monde.
Une fois ramenées sur le pont du Thalia, les coquilles Saint-Jacques sont mesurées et triées par taille par l'équipe scientifique de la campagne COSB
D’après les dernières évaluations scientifiques de l’Ifremer réalisées cet été, les populations de coquilles Saint-Jacques en baie de Seine et en baie de Saint-Brieuc ont encore battu les précédents records d’abondance, confirmant la tendance favorable des dernières années. Tous les indicateurs de bon état de la population de coquilles Saint-Jacques dans ces deux zones sont au vert pour la saison de pêche qui démarre officiellement ce 1er octobre.
Contacts
Julie Danet
Ifremer | Attachée de presse
presse@ifremer.fr 06 07 84 37 97
Alexis Mareschi
Ifremer | Attaché de presse
presse@ifremer.fr 06 15 73 95 29