Vue sous-marine du HROV Ariane.

Vue sous-marine du HROV Ariane.

Ariane

Un robot très mobile relié par un simple fil
Piloté depuis la surface grâce à un joystick, des manettes et six écrans de contrôle, Ariane est lié au navire par une simple fibre optique. Autonome en énergie, il parcourt et cartographie le fond, ou se pose pour des prélèvements avec ses bras articulés.

Caractéristiques

Poids
1,8 t
Température
De -2 à 40 °C
État de la mer
Jusqu'à Force 5
Propulseurs
6 dont 2 orientables
Batteries Lithium
20 kWh
Fibre optique
2,3 mm de diamètre
Vitesse maximum
2 nœuds (3,7 km/h)
Distance maximum
15 km

Missions

Des plongées depuis tous les navires

À la différence de Victor 6000, relié à un câble électrique, Ariane dispose de batteries. En 10 heures, ce robot parcourt 10 km environ. Grâce à ses propulseurs, il peut rester immobile en plein courant. Ariane embarque sur tous les navires, même petits et sans positionnement dynamique.

Cartographier même à faible profondeur

Ariane éclaire le fond grâce à une dizaine de projecteurs LED. Doté de caméras, dont une 4K (ultra haute définition), et d'un sondeur multifaisceaux, le robot cartographie en 3D et en haute résolution pour les géologues et les biologistes. En 4 heures à 50 mètres du fond, un carré de 500 mètres de côté est détaillé : les scientifiques voient tout.

Prélever des roches, des larves ou de l'eau

Quand il ne cartographie pas, le robot intervient avec ses bras manipulateurs munis de pinces très précises. Une pompe aspire la faune, par exemple des crevettes. Un carottier de 50 cm permet d'analyser le sédiment et ses organismes. De manière occasionnelle, Ariane participe à des missions archéologiques.

Le HROV Ariane dans la rade de Brest.

Homme derrière un engin démonté.
Patrice Lubin
Ifremer | Ingénieur et pilote d'engin sous-marin pour Genavir
Responsable technique d'Ariane (mise en œuvre et maintien opérationnel)
Ariane est léger, sa maniabilité lui permet de suivre les pentes et d'être très proche de la scène scientifique, plus que Victor 6000 ou qu'un AUV comme AsterX. L'appareil photo et le sondeur sont orientables pour voir les falaises et les canyons sous un autre angle. C'est très utile, notamment pour l'étude des coraux.