Les caissons d’essais hyperbares

Plouzané / La Seyne-sur-Mer
Infrastructures d’essais
L’Ifremer dispose de grands caissons hyperbares pour simuler les effets mécaniques et thermiques de l’immersion sous-marine par grande profondeur. Ces moyens expérimentaux permettent de développer, qualifier et contrôler les engins et instruments déployés en mer à différents stades de développement (depuis la preuve de concept sur prototype jusqu’au contrôle de fonctionnement d’équipements standards avant mission). Ils sont situés au Centre Méditerranée et au Centre Bretagne.
Un caisson noir qui a pour but de simuler les hautes pressions de forme cylindrique accroché en hauteur

1 000

bars de pression maximale (à La Seyne-sur-Mer)

 

6

  caissons en eau douce, huile ou eau de mer

1,6 m³

de volume utile maximal (à Plouzané) 

Quelques applications

Développer les prototypes d’équipements pour les grandes profondeurs

Les caissons hyperbares permettent à la fois de tester des composants de systèmes sous-marins (câbles et connecteurs électriques, moteurs, caméras, hublots, matériaux de flottabilité…) et les prototypes de ces systèmes (ballasts de sous-marin, préleveur d’eau in-situ…). Les caissons sont équipés de capteurs et parfois de caméras pour vérifier la résistance, l’étanchéité, le bon fonctionnement (mouvement d’un bras robot, débit d’une pompe…) des équipements testés.

Contrôler les équipements et systèmes sous-marins

Les caissons hyperbares permettent d’homologuer suivant des procédures normées les équipements avant leur utilisation en mer. Ceci peut être utile pour assurer la sécurité du personnel lors du déploiement par un sous-marin habité (par exemple le Nautile) ou pour s’assurer du fonctionnement d’équipements de pointe nécessaires aux scientifiques (profileurs, observatoires de fond de mer…).

Valider l’instrumentation sous-marine des observatoires et flotteurs

Pour répondre aux besoins d’études scientifiques (entre autres liées à l’évolution du climat), l’Ifremer déploie des capteurs (température, conductivité, gaz dissous…) aux fonds des océans ou sur des engins mobiles (profileurs, AUV, gliders…). Le fonctionnement de ces instruments peut être perturbé par la pression. Les caissons hyperbares permettent de vérifier leur fonctionnement en simulation d’immersion et ainsi de fiabiliser les données fournies aux chercheurs.

Personne devant un caisson cylindrique gris inséré dans un élément bleu

Au service du monde de la technologie sous-marine

Les caissons hyperbares peuvent être utilisés dans le cadre de prestations et collaborations avec des organismes ou entreprises partenaires de l’institut.

Xavier André, ingénieur recherche et développement à l'Ifremer, dans le laboratoire d'essais hyperbares. Centre Ifremer de Brest, 2022.
Xavier André
Ifremer | Ingénieur recherche et développement dans le laboratoire d'essais hyperbares
C'est un outils primordial pour tester et qualifier les équipements océanographiques avant de les déployer en mer.
Contact
Benoit Bigourdan
Moyens d'essai hyperbare, Laboratoire Comportement des Structures en Mer, Ifremer
Benoit.Bigourdan@ifremer.fr 02 98 22 41 45
Christophe Martin
Chargé de processus, Service Ingénierie d'Intervention et Développement Mécaniques, Ifremer
christophe.martin@ifremer.fr 04 94 30 48 14

Découvrez d'autres infrastructures d'essais

Le bassin d'essais pour submersibles de La Seyne-sur-mer
Les moyens d’étude de la durabilité des matériaux polymères et composites