Le supercalculateur Datarmor

Plouzané
Infrastructures de données
Datarmor est le supercalculateur du Pôle de calcul et de données pour la mer de l’Ifremer. Ce Pôle est unique par son association entre ses capacités de calcul, grâce à Datarmor, et de stockage de données. Datarmor et le Pôle de calcul répondent à des besoins d’analyse à l’échelle d’une zone côtière ou régionale (Méditerranée Ouest ou Atlantique Ouest par exemple).
Porte transparente avec le mot "Datarmor" inscrit dessus en gris

Quelques applications

Produire des analyses régulières de l’état de l’océan

Le Pôle de calcul et de données pour la mer réalise des analyses basées sur les données physico-chimiques (température, salinité, concentrations de divers éléments...) de l’océan. Ces données permettent aux scientifiques de modéliser l’état physico-chimique de l’océan et de prévoir son évolution.

Fouiller dans les données

La puissance de calcul disponible grâce à Datarmor permet de détecter des cas particuliers dans les jeux de données : des cas peu fréquents ou jamais relevés jusque-là. Il peut s’agir, par exemple, d’identifier où et à quelles occurrences apparaissent des vagues scélérates, phénomène rare de vagues très hautes. Ces informations peuvent par exemple être utilisées pour la certification des navires marchands.

 

Convertir les mesures des satellites

Les mesures réalisées par les satellites sont basées sur la réflexion d’ondes (radar, optiques…) sur la surface de l’eau. Grâce à Datarmor, les scientifiques du Pôle de calcul et de données sur la mer effectuent au quotidien des calculs pour transformer ces mesures en grandeurs océanographiques : température de l’eau, salinité, etc.

Armoires informatiques

Analyser des données de séquençage génétique

La puissance de calcul et le stockage de données facilitent les travaux en bioinformatique. Ils permettent le stockage de l’ensemble des gènes (génome) d’un grand nombre d’espèces. Ces données génomiques sont précieuses, par exemple pour analyser la sensibilité d’une espèce à la température ou à une maladie, pour comparer deux populations de poissons, ou pour étudier l’évolution d’une espèce.

Pierre Garreau, chercheur à l'Ifremer. Centre Ifremer de Brest, 2022.
Pierre Garreau
Ifremer | Chercheur
On a de la chance d'avoir un accès direct à un calculateur puissant et disponible, avec un important volume de données.
Contact
Valérie Harscoat
Responsable du Service des Systèmes d'Informations Scientifiques pour la MER
valerie.harscoat@ifremer.fr 02 98 22 44 13

Découvrez d'autres infrastructures numériques

Carte du monde avec des zones de différentes couleurs et dégradés (bleu, jaune, rouge)
Odatis : les données françaises sur l’océan
Plusieurs personnes autour de nombreuses caisses de pêche empilées
Le portail des données de l’Ifremer