La plateforme mollusques marins de Bouin

Bouin
Infrastructures pour les ressources vivantes
La plateforme expérimentale de Bouin assure le grossissement de lots de bivalves pour répondre aux besoins des projets de recherche de l’Ifremer. Elle fait partie de l’unité Expérimentale Mollusques Marins Atlantique (EMMA). Ses installations sont particulièrement utilisées pour développer des travaux sur la santé des écosystèmes marins. La plateforme mène aussi ses propres travaux de recherche et développement dans le domaine du traitement des eaux d’élevages conchylicoles, afin d’améliorer la sécurisation des animaux et la protection de l’environnement.
Vue aérienne de la plateforme de Bouin

1 600 m²

pour l’élevage et l’expérimentation

3

salles de production de microalgues en conditions contrôlées

1 million

par an de naissain d’huître

Quelques applications

Fournir les laboratoires en mollusques bivalves

Les naissains de mollusques bivalves produits au sein des installations Ifremer de La Tremblade et Argenton sont accueillis à Bouin pour être pré-grossis. La zone du polder conchylicole de Bouin est en effet idéale pour la production de micro-algues fourrages nécessaires à ce pré-grossissement. Ainsi, lorsque les naissains atteignent la taille adéquate, ils sont fournis aux scientifiques de l’institut pour des analyses et/ou la conduite d’expérimentations. 

Accueillir des expérimentations

La plateforme mollusques marins de Bouin accueille des expérimentations de scientifiques issus de divers laboratoires. Il s’agit principalement d’études sur les contaminants biologiques et chimiques (virus, bactéries, micro-algues toxiques ou polluants chimiques) affectant la santé du consommateur ou bien celle des coquillages.

Améliorer le traitement de l’eau

La plateforme contribue à améliorer la sécurisation des productions conchylicoles. Les recherches menées à Bouin visent à mieux maîtriser la qualité de l’eau, entrante et sortante. Différents procédés, tels que la filtration membranaire ou l’adsorption sur charbon actif, sont testés pour désinfecter et décontaminer chimiquement l’eau de mer qui alimente les élevages en structures fermées. Des études sont également menées pour réduire l’impact des productions conchylicoles et garantir la préservation de la biodiversité, via le traitement des effluents d’élevage.

Deux raceways de la nurserie avec tamis, accueillant les lots de mollusques bivalves à pré-grossir

Damien Réveillon, chercheur a l'Ifremer dans le laboratoire Métabolites des microalgues. Centre Ifremer de Nantes. 2022.
Damien Réveillon
Ifremer | Chercheur dans le laboratoire Métabolites des microalgues
Crédit : Ifremer
La collaboration avec la plateforme de Bouin m’est essentielle pour l'obtention d'huîtres et moules n’ayant pas été en contact avec certains contaminants biologiques, qui me serviront de références dans mes analyses à venir.
Contact
Christophe Stavrakakis
Ingénieur Environnement, Unité Expérimentale Mollusques Marins Atlantique, Ifremer
christophe.stavrakakis@ifremer.fr 02 51 68 91 73

Découvrez d'autres infrastructures pour les ressources vivantes

Vue aérienne de la station aquacole composée d'un grand bassin et de plusieurs bassins plus petits ainsi que des bâtiments
Les installations expérimentales de Nouvelle-Calédonie
Vue aérienne de la station d'Argenton située en face de la mer
Le site expérimental d’Argenton